Le billet d’Yves de janvier

Catégories : Le billet d'Yves  

Yves

I Have a dream

(j’ai fait un rêve)

En ce début de nouvelle année rêvons ensemble !
2016 : année de tous les espoirs !
Les « Patrons » par décret sont devenus des responsables d’entreprise et sont considérés comme des salariés de ces entreprises. Ainsi la plus value réalisée par le fruit du travail des salariés (ce que les patrons s’accaparaient en profit), est directement réinjectée dans les investissements de ces entreprises, en nouvelle technologie et autre. Cela entraine, une augmentation substantielle de tous les salaires (de 20 à 30%) avec renégociation lors des NAO (négociation annuelle obligatoire) entre les représentants de tous les salariés après consultation démocratique de ceux ci.
La journée de travail est diminuée de façon significative passant dans un premier temps de 35h/semaine à 30h, ce qui va entrainer une baise de taux de chômage de 8% en 2016 pour arriver à un chômage de 0% dans les 3 prochaines années (donc à l’horizon 2020).
Les retraites pourront être prises dès 55 ans (à l’horizon 2020) et à 50 ans voire plus tôt pour les travaux pénibles et très pénibles.

Les conditions de travail, vu l’amélioration des nouvelles technologies, sont améliorées de façon spectaculaire. La médecine du travail où la visite médicale (gratuite) obligatoire 2 fois par an (plus en cas de problème) note une baisse significative des accidents du travail, des TMS, des burn-out, de l’absentéisme, etc….Le harcèlement au travail est interdit et passible de prison ferme.
De ce fait la qualité de vie au travail s’est améliorée.

Bien sur les salariés sont partie prenante,de façon permanente, de tout ce qui concerne les CHS_CT, et leurs avis validés par les instances représentatives du personnel (DP_CE), sont mis en œuvre de façon démocratique pour le bien de l’entreprise et de ses salariés.

La sécurité sociale est non seulement améliorée mais les prestations données sont revalorisées dans tous les domaines (allocations familiales, retraite, maladie professionnelle ou autre) la branche chômage (appelée à disparaitre) ses subventions seront reventilées vers d’autre branches.
Le problème de la perte d’autonomie va bénéficier de cette reventilation des subventions.

Les entreprises vont subventionner pour les salariés (et leur famille) par le biais des comités d’entreprises, les installations sportives et culturelles, en relation avec les municipalités où elles sont implantées. La gratuité pour l’utilisation de ces équipements est instaurée.
Le syndicat est l’interlocuteur, privilégié dans l’entreprise. Celui-ci aura la responsabilité de veiller au bien être des salariés à partir des revendications qu’ils auront exprimées dans les différentes instances représentatives. Un contrôle d’application sera effectué… et…, et…,et…

Dring, dring…

Le réveil est brutal en ce début d’année 2016.La télé débite ses litanies habituelles.
Macron plus que jamais a décidé la casse du code du travail. Les chantiers de cette année tournent autour de l’allongement du départ à la retraite (à partir de 65ans). Les 35 heures vont être renégociées voire abolies.
Toutes les « contraintes » chères à Gattaz remises sur la table :le CDI, la flexibilité, « licencier mieux pour embaucher mieux », les « charges » sociales trop lourdes, qu’ils faut diminuer voire annuler (donc avec toutes les conséquences sur la sécurité sociale, mais aussi les services publics et l’aménagement du territoire).
Transfert des impôts des entreprises sur les salariés.
La casse du système de santé et de l’éducation nationale.Etc, etc,etc.
Ils appellent cela le contrat AGILE.(qui vient après bien d’autres turpitudes patronales).
Après le pacte de responsabilité et le leurre du CICE et ses 41 milliards empochés par les patrons, sans aucune contrepartie (promesse d’1 million d’emplois non tenue …) les patrons réclament toujours plus d’avantages au détriment des salariés …

Assez !

Martin Luther King, en 1963, dans son célèbre discours à Washington, faisait le rêve de l’abolition du racisme et de la misère s’y afférent.
Il terminait son discours par ces mots :
« We are free, at last »
(Nous sommes enfin libres)
53 ans plus tard faisons en sorte que tous les rêves que nous pouvons faire, deviennent réalité pour être enfin libres et heureux.

Bonne année à tous



 

Caroline


Partager cette article sur :