Le billet d’Yves


Le billet d’Yves

Le billet d’Yves de juin 2016

publié le 22 juin 2016  Le billet d'Yves    

Yves

Eh ! Oui c’est déjà l’été….
Un été coup de gueule !!

Le dernier billet d’avril intitulé : « c’est le printemps »… était consacré à ce printemps de luttes, d’espoir, et de fraternité. Nous pensions bien que ces luttes auraient abouti et que de loi travail aurait été retirée.
Que nenni !

Il s’avère maintenant que cette lutte loin d’être terminée, se durcit tant est grande l’obstination du gouvernement « droit dans ses bottes » et inflexible… :
- 70% des personnes interrogées lors de sondage sont pour le retrait de cette loi !
- 78%des jeunes (18-30 ans) sont aussi pour le retrait.
- Au parlement pas de majorité d’où l’utilisation du 49/3.
- Les organisations syndicales dans leur ensemble sont aussi contre cette loi (sauf la CFDT et la CFTC qui sont minoritaires)
- La votation citoyenne montre qu’une énorme majorité demande le retrait de cette loi.
- Même chez les socialistes des fractures énormes se creusent autour de cette loi.
Et bien non ! Rien n’y fait.
Valls, tel un caudillo espagnol, reste inflexible.
Des manifs monstres, comme celle du 14 juin avec des centaines de milliers de manifestants(es) montrent le rejet de cette politique.
Les casseurs sont utilisés pour décrédibiliser ces manifestations. Et maintenant ils en sont à vouloir interdire les manifestations : on dirait du Jules Moch ministre socialiste d’après guerre, qui a envoyé l’armée contre les mineurs en grève en 1947.
Bizarre, bizarre, cette politique répressive au nom de la démocratie.
Et pendant ce temps là : Gattaz, Dassault, Longuet, Juppé, les Le Pen et autres nous insultent, nous crachent dessus, nous traitent de voyous, terroristes, bolcheviques et autres noms d’oiseaux…
Venant d’eux je dis : continuez ça nous fait plaisir !!
Ils voudraient nous interdire, nous mettre en prison et pourquoi pas dans des camps comme le fit Hitler en 1933, lui qui fut un grand instigateur de la répression anti-syndicale.
Mais merde ! (excusez moi) ils n’ont rien compris à l’Histoire :
Nous ne laisserons pas faire.
Nous entrons en résistance !
En résistance sociale…
Non! Les salariés, nos enfants, nos petits enfants ne vont pas connaître cette formidable récession qu’ils nous promettent.
Ils nous demandent d’être raisonnables, responsables, équitables…
Et pis quoi encore.
Selon le journal « Challenges » du mois d’août 2015 les 500 familles les plus riches de France ont un patrimoine de 460 milliards d’euros : cinq fois plus qu’il y a vingt ans.
Il y en a qui sont plus égaux et équitables que d’autres !!
Mais ils sont prévenus, rien n’y fera : nous continuerons, la CGT, à lutter contre toutes les injustices et atteintes à la dignité de l’Homme, ainsi que pour des améliorations sociales de leur vie.
Ce ne sont pas les huissiers, les avocats, les convocations au commissariat, les intimidations de quelque nature que ce soit, les insultes (terroristes, voyous et autres), les casseurs manipulés, qui nous ferons reculer devant les injustices manifestes et les dénis de démocratie.
Je pensai vous faire un billet plus gai, à l’aube des vacances, mais avouons le, l’actualité entérine ce coup de gueule et malgré tout nous vous souhaitons de très bonnes vacances ! Soyez en forme pour la rentrée qui n’en doutons pas sera de luttes, si tant est que la période de vacances chèrement acquise par nos anciens (80ème anniversaire des congés payés de 1936) nous le permette.

Le billet d’Yves d’avril 2016

publié le 14 avril 2016  Le billet d'Yves    

Yves

C’EST LE PRINTEMPS

Printemps de luttes

Printemps d’espoir

Printemps de fraternité

Et tout…et tout…et tout…

Oui c’est le printemps et à l’union locale CGT d’Armentières et environs s’en est un vrai de vrai, de luttes et de bonheur que nous vivons.

Depuis début Mars, c’est une multitude d’actions qui ont été et sont menées par les militants de l’UL  accompagnées parfois par des salariés syndiqués. Le projet de loi El Khomri n’y est pas pour rien, mais également le soutien nécessaire aux camarades de chez Goodyear et jusqu’à l’inénarrable histoire des 3 des « fonderies du nord ».

Un printemps de luttes, sous le soleil rarement, le vent souvent, le froid parfois, la pluie aussi : bref le temps du Nord…

Du fleurissement d’un pont d’autoroute à la distribution de tracts à la porte d’entreprises ou de zones industrielles où la CGT n’est hélas plus trop présente : l’accueil fut à chaque fois chaleureux et compréhensif quant à notre combat.

Les salariés dans leur immense majorité (car ils ne sont pas ignares comme voudrait le faire croire le gouvernement) avec la jeunesse rejettent à plus de 70% cette loi inique, qui plomberait le monde du travail pour plusieurs décennies (avec un retour à Germinal comme dit dans nos slogans) au grand bénéfice du MEDEF qui lui joue gagnant- gagnant dans cette affaire et applaudit des 2 mains (à se demander si ce n’est pas Gattaz qui a écrit cette loi).

Variées et multiformes, ces luttes ont jalonné tout le mois de Mars et ce début Avril : tracts dans les commerces à Hazebrouck, à Auchan à Lomme, à Carrefour à Hazebrouck, Carrefour à Armentières avec la participation des militants Carrefour de tout le département,  Leclerc à Bailleul, jusqu’à St Amand les Eaux, à Transval à Erquinghem (où des palettes ont été brulées) ID logistics à Libercourt  : l’accueil fut à chaque fois fort amical au grand dam de la maréchaussée qui a essayé de nous « causer des misères »…mais parfois avec un accueil compréhensif de cette même maréchaussée.

Printemps d’espoir également, vu le combat gagné chez les fonderies du nord et le plaisir de voir la joie de nos 3 camarades réintégrés dans leur travail, dans leur droit et leur dignité suite à la tentative de leur licenciement pour fait de grève (voir différents articles et photos sur ce site).

Espoir aussi devant la multitude de manifestant(es)s présent(es)s lors des journées d’actions des 9 et 31 Mars à Lille et à Paris, le 11 Mars à Douai en soutien aux Goodyear, le 10 Mars avec les retraités les 5 Avril et 9 Avril à Lille…ce sont des dizaines et des dizaines de milliers de salariés qui se sont mobilisés.

Oui l’espoir est là : on peut (et on doit) gagner quand on se mobilise, et le retrait de la loi El Khomri (n’en déplaise à Macron, Valls, Gattaz et consorts) est à portée de main.

Et maintenant le mouvement « nuit-debout », mouvement de mobilisation des jeunes, des syndicalistes, des associatifs, des citoyens, des politiques etc..  qui porte en lui l’espoir d’une autre société.

Printemps de fraternité et de camaraderie : la lutte du 8 avril aux fonderies du Nord, initiée par l’union locale CGT d’Armentières et environs portait en elle un nouvel élan dans ce cadre là. La joie de se retrouver ensemble (autour d’un feu de joie !!!) était palpable. Toutes UL, toutes professions confondues cette camaraderie retrouvée était visible pour les 150 à 200 participants

Puissent, le 28 Avril nouvelle journée d’action et de lutte, et le 1er mai : journée internationale de lutte et de Paix s’inscrire dans cet objectif là.

Le 51ème congrès de la CGT à Marseille du 18 au 22  avril devrait donner si  c’est possible un nouvel avenir à ce syndicalisme de classe, de masse, démocratique, unitaire et indépendant que nous aspirons tous.

Le billet d’Yves de mars 2016

publié le 24 mars 2016  Le billet d'Yves    

Yves

La nausée (Jean Paul Sartre)

Ce billet du mois de mars, bizarrement vu l’actualité, ne sera pas consacré aux luttes actuelles menées contre la Loi dite « El Khomri » (casse du code du travail) ni celles en soutien aux « sanctionnés de chez Goodyear ».

Les infos données sur ce site vous fourniront toutes les dates nécessaires de manifs et autre grèves pour vous permettre d’y participer.

Non, le titre de ce billet vous en donne la teneur : il s’agira ici de la situation des migrants et de plusieurs faits divers s’y attenant !

On commence par tousser !

Des dizaines de milliers de personnes fuient les guerres de Syrie, du Liban, de Libye, d’Afghanistan, etc… Car la mort les attend dans ces pays.

Et n’ayant pas d’autre solution, se transforment d’un coup d’un seul en « migrants » et errent de pays en pays en espérant trouver une ou des terres d’accueil plus pacifiques.

Plusieurs milliers, depuis maintenant plusieurs années, ont trouvé « refuge » à Calais dans ce que d’aucuns ont appelé « la jungle ».

Beaucoup d’entre eux n’espérant qu’une chose : pouvoir arriver en Angleterre, espèce de terre promise où ils pensent  trouver un emploi digne de leurs qualifications, mais aussi se retrouver près de leur famille.

Des manifestations récurrentes se déroulent pour, justement, protester contre leurs conditions de vie et d’hébergement.

Et lors de l’une d’elle, une espèce d’abruti d’un groupe néo fasciste tire sur ces malheureux ! Que dit la justice ? Non lieu (légitime défense ?)

On tousse !

Envie de vomir !

A bout de nerf, certains migrants décident de voir si en Belgique « l’Eldorado » anglais n’est pas plus accessible.

Qu’en dit un ministre flamand, chrétien et démocrate ?

De ne pas donner à manger à ces personnes pour les empêcher d’entrer dans le pays !

Bien sûr au nom de dieu peut être ? Ou de la charité chrétienne….

Autre fait révoltant :

On nous refait la version des trois petits cochons ; les migrants logent dans des cartons, toile, abris en toutes sortes de matériaux, donc très précaires et dangereux pour leur vie. Dans la pluie, le froid, le vent, ils s’exposent à toutes sortes de maladies (gale, choléra, tuberculose, etc… En Europe au 21ème siècle !)

Et là… La solution miracle : le chalet en bois ! Et le container en tôle !

Ce qui fait dire à la une de la Voix Du Nord, en grand méchant loup, que deux camps s’opposent : ceux en bois et ceux en tôle.

Une sorte de concours de la misère… Honteux !

On croirait du Patrick Sébastien : « Ah ce qu’on est heureux (ou serré) dans une boite à sardines »

Comme dit le proverbe : «Le milliardaire demande aux pauvres de payer pour les SDF »

Qu’attendent-ils ceux là (les ultras riches) pour aménager les habitations en dur qu’ils possèdent et que personne n’habite pour loger ces malheureux et trouver des solutions pour leur devenir (tant familial que professionnel)?

Puis la nausée monte !

Il y a environ un mois, la ville de Calais (Les Républicains) organise un  grand  voyage à Paris des « acteurs économiques » de la ville que sont les commerçants ; patrons d’hôtels, de restaurant etc…

10 bus de 50 places montent à Paris pour « gueuler sous les ors de la République» tout le mal qu’ils pensent des migrants quant aux conséquences sur leurs commerces. Tourisme en berne donc achats en berne.

Bon.

Et puis surprise, il y a 15 jours environ sur les antennes de France 3 ; un  reportage sur ces mêmes commerçants se plaignant de la perte de leur bénéfice suite au démantèlement de « la jungle sud » et du départ d’environ 4000 migrants ailleurs !

Et oui, ils se sont aperçu que même un migrant : CONSOMME ! Achète des biens, va chez le coiffeur, parfois à l’hôtel et dans les brasseries, etc, etc…

Ça y est : j’ai vomi !

N’oublions pas ces gens, aidons les comme le font les organisations, qu’elles soient syndicales, politiques ou solidaires.

Post Scriptum: Un dernier mot  pour exprimer tout notre dégoût envers les attentats de Bruxelles et leurs auteurs, mais aussi de l’amalgame qu’on tente de faire entre migrants et terroristes.

 

Le billet d’Yves de janvier

publié le 15 janvier 2016  Le billet d'Yves    

Yves

I Have a dream

(j’ai fait un rêve)

En ce début de nouvelle année rêvons ensemble !
2016 : année de tous les espoirs !
Les « Patrons » par décret sont devenus des responsables d’entreprise et sont considérés comme des salariés de ces entreprises. Ainsi la plus value réalisée par le fruit du travail des salariés (ce que les patrons s’accaparaient en profit), est directement réinjectée dans les investissements de ces entreprises, en nouvelle technologie et autre. Cela entraine, une augmentation substantielle de tous les salaires (de 20 à 30%) avec renégociation lors des NAO (négociation annuelle obligatoire) entre les représentants de tous les salariés après consultation démocratique de ceux ci.
La journée de travail est diminuée de façon significative passant dans un premier temps de 35h/semaine à 30h, ce qui va entrainer une baise de taux de chômage de 8% en 2016 pour arriver à un chômage de 0% dans les 3 prochaines années (donc à l’horizon 2020).
Les retraites pourront être prises dès 55 ans (à l’horizon 2020) et à 50 ans voire plus tôt pour les travaux pénibles et très pénibles.

Les conditions de travail, vu l’amélioration des nouvelles technologies, sont améliorées de façon spectaculaire. La médecine du travail où la visite médicale (gratuite) obligatoire 2 fois par an (plus en cas de problème) note une baisse significative des accidents du travail, des TMS, des burn-out, de l’absentéisme, etc….Le harcèlement au travail est interdit et passible de prison ferme.
De ce fait la qualité de vie au travail s’est améliorée.

Bien sur les salariés sont partie prenante,de façon permanente, de tout ce qui concerne les CHS_CT, et leurs avis validés par les instances représentatives du personnel (DP_CE), sont mis en œuvre de façon démocratique pour le bien de l’entreprise et de ses salariés.

La sécurité sociale est non seulement améliorée mais les prestations données sont revalorisées dans tous les domaines (allocations familiales, retraite, maladie professionnelle ou autre) la branche chômage (appelée à disparaitre) ses subventions seront reventilées vers d’autre branches.
Le problème de la perte d’autonomie va bénéficier de cette reventilation des subventions.

Les entreprises vont subventionner pour les salariés (et leur famille) par le biais des comités d’entreprises, les installations sportives et culturelles, en relation avec les municipalités où elles sont implantées. La gratuité pour l’utilisation de ces équipements est instaurée.
Le syndicat est l’interlocuteur, privilégié dans l’entreprise. Celui-ci aura la responsabilité de veiller au bien être des salariés à partir des revendications qu’ils auront exprimées dans les différentes instances représentatives. Un contrôle d’application sera effectué… et…, et…,et…

Dring, dring…

Le réveil est brutal en ce début d’année 2016.La télé débite ses litanies habituelles.
Macron plus que jamais a décidé la casse du code du travail. Les chantiers de cette année tournent autour de l’allongement du départ à la retraite (à partir de 65ans). Les 35 heures vont être renégociées voire abolies.
Toutes les « contraintes » chères à Gattaz remises sur la table :le CDI, la flexibilité, « licencier mieux pour embaucher mieux », les « charges » sociales trop lourdes, qu’ils faut diminuer voire annuler (donc avec toutes les conséquences sur la sécurité sociale, mais aussi les services publics et l’aménagement du territoire).
Transfert des impôts des entreprises sur les salariés.
La casse du système de santé et de l’éducation nationale.Etc, etc,etc.
Ils appellent cela le contrat AGILE.(qui vient après bien d’autres turpitudes patronales).
Après le pacte de responsabilité et le leurre du CICE et ses 41 milliards empochés par les patrons, sans aucune contrepartie (promesse d’1 million d’emplois non tenue …) les patrons réclament toujours plus d’avantages au détriment des salariés …

Assez !

Martin Luther King, en 1963, dans son célèbre discours à Washington, faisait le rêve de l’abolition du racisme et de la misère s’y afférent.
Il terminait son discours par ces mots :
« We are free, at last »
(Nous sommes enfin libres)
53 ans plus tard faisons en sorte que tous les rêves que nous pouvons faire, deviennent réalité pour être enfin libres et heureux.

Bonne année à tous

Le billet d’Yves de décembre

publié le 30 novembre 2015  Le billet d'Yves    

Yves

PLEURER.

On aurait voulu pour ce billet de fin d’année faire dans le joyeux, le festif, le guilleret… Mais l’actualité de ces dernières semaines nous recentre directement sur nos préoccupations journalières.

Des misérables, ont cru bon au nom d’un « Dieu » ou d’une conception d’une société, qui décapite, qui voile les femmes, qui lapide, et autres atrocités, oui ces gens là ont tué de façon abominable des dizaines personnes et blessé des centaines d’autres, au cœur de notre capitale : PARIS.

Et maintenant c’est la peur au ventre que nous suivons les actualités : Poutine parle de 3ème guerre mondiale, les turcs abattent un avion russe, les américains, les allemands, les britanniques, ne disent pas non à la guerre. Et la France elle s’est déclarée dès le jour même des attentats en état de guerre.

Une poudrière s’est installée très vite et pas seulement dans nos esprits.

L’état d’urgence est déclaré jusqu’au moins fin février 2016 avec interdiction de manifester sous quelque forme que ce soit.

Regardez ce qu’il s’est passé à l’ouverture de la COP 21 et les violences policières pour ceux qui ont bravé cet interdit.

Evidemment, et cela est une véritable crainte, la « tentation » sera très forte pour ce gouvernement d’essayer de faire passer des lois contre les salariés (style loi Macron 2,3,4 comme expliqué dans un billet précédent) sans permettre aux salariés d’avoir la possibilité de manifester contre ces coups néfastes.

D’ailleurs, comme c’est bizarre, le sénat vient d’adopter un amendement au PLFSS (plan de loi de financement de la sécurité sociale) prévoyant l’âge de départ à la retraite à 63 ans et cela à commencer pour les salariés nés à partir de 1957. Avec l’objectif de le faire reculer à 64 ans très rapidement. En avez-vous entendu parler dans les médias entre les sondages donnant Le Pen vainqueur aux régionales ? Bien sûr que non…

On va trouver très rapidement de l’argent pour la guerre mais rien pour les salaires, les pensions…

Et comble de l’ignominie, Macron (je n’ose même plus écrire Monsieur) a déclaré devant un groupe de « réflexion » (les fameux think tank), groupe qui s’appelle « les Gracques » (d’après Wikipédia : groupe de réflexion et de pression qui souhaite une rénovation de la gauche française autour de valeurs sociales-libérales) Et qui retrouve-t-on dans ce groupe ? Je vous le donne en mille : François Chérèque (ancien secrétaire de la CFDT) Dominique de Villepin (ancien premier ministre de Chirac) et qui revendique un rapprochement PS-UMP…mais aussi Daniel Cohn- Bendit qui a participé avec Macron au dernier congrès de ces Gracques .Belle brochette !!!.

Donc Macron dans les conclusions de ce congrès a osé dire que si les jeunes de DAESH avaient fait des attentas à  PARIS., et bien c’est la faute des salariés qui manifestent pour leur petit bien être !! Ces jeunes étant de fait exclus du monde du travail : donc ils se radicalisent, vont dans des mauvaises mosquées et donc commettent des attentats en finalité… Encore un ou deux pas comme ça à droite et ce Macron là n’aura plus rien à envier au FN !

A vomir.

Mais le monde du travail ne se laissera intimider par ce petit personnage ni d’ailleurs par ces crétins de tueurs d’innocents et la CGT se manifestera et ne laissera pas faire ces gens là contre le salariat.

La CGT, quelles que soient les circonstances, se prononce et s’est toujours prononcée pour la PAIX

Nous sommes de tout cœur,  en ces temps de fêtes, avec les familles des victimes.

Et nous espérons que le prochain billet sera plus festif…