ELECTIONS BECK CRESPEL

Catégories : Actu Métallurgie Vie Syndicale  

Capture-decran-2014-11-07-a-15

Le 02 juin et le 16 juin ont eu lieu les élections professionnelles des établissements Beck Crespel.

Les élections ont eu pour conséquence de voir un syndicat « archaïque » (voir article voix du nord en cliquant sur la photo) gagner la quasi totalité des sièges DP et CE.

Ainsi le CE sera composé pour le premier collège de 3 titulaires CGT et 1 UNSA, de 3 suppléants CGT et 1 UNSA.

pour le deuxième collège: 1 titulaire CGT, 1 suppléant CFE-CGC.

Les DP seront pour le premier collège: 4 titulaires CGT, 1 UNSA, 4 suppléants CGT, 1 UNSA.

Pour le deuxième collège: 1 titulaire CGT, 1 UNSA, 1 suppléant CFE-CGC et 1 UNSA.

DELEGUES CGT

Nul doute que madame Charbonnier se montrera aussi prolixe pendant les réunions DP-CE avec la CGT (qui ne date pas de 1945) qu’elle à pu l’être pendant l’émission « face aux Français » !

Capture-decran-2014-11-07-a-15

Si l’on s’en tient à ce qu’elle a dit durant l’émission, voici donc ce que pourrait être l’ébauche du programme électoral de Karine Charbonnier :

► S’affranchir des syndicats de salariés
« Ce n’est pas avec des syndicats qui datent de la deuxième guerre mondiale (…) qu’on va rénover les choses. »

► Donner la primauté aux accords d’entreprises pour organiser le travail
« Il faut donner plus de pouvoir aux accords d’entreprise et réformer la France par le bas. »

► Supprimer le compte pénibilité retraite
Cité deux fois dans le « choc de complexification ».

► Supprimer les cotisations patronales
« L’une des choses qui explique que les cotisations sociales soient si importantes, c’est qu’il y a des politiques nationales qui pèsent sur les entreprises et les salariés : la politique familiale, d’une certaine manière la politique culturelle avec le chômage des intermittents, l’abondement au CMU, etc. Est-ce que vous seriez prêt à reprendre sur le budget de la nation ces budgets ? »

► Un pacte de responsabilité sans contreparties des patrons
« Quand vous demandez des contreparties aux entreprises, c’est irréaliste ! »

► S’aligner sur les modèles britannique ou allemand
« Pourquoi les entreprises n’embauchent pas assez ? C’est parce qu’elles ne sont pas assez compétitives (…) Je travaille beaucoup en Angleterre et en Allemagne, où le taux de chômage est à peu près à la moitié du nôtre, et il y a des choses qui me paraissent évidentes. »

En somme, autant de propositions déjà développée par le Medef actuel. Alors, Pierre Gattaz président ?

PV élections Beck



Mots clés :  

david


Partager cette article sur :