frap5oct-web


TRANSPORT: POUR LES NON SIGNATAIRES, IL FAUDRA ATTENDRE !

15 avril 2016  Marchandises  

Un-panneau-de-signalisation-Stop-e1424893165172

TRANSPORT: IL FAUDRA ATTENDRE L’ARRETE D’EXTENSION

Les organisations patronales ont signé le 7 janvier 2016 un nouvel accord portant sur la revalorisation des frais de déplacement dans letransport de marchandises, le déménagement et les prestations logistiques. Cet avenant a été signé par les organisations patronales FEDIMAG, OTRE, UFT (mandatée par CSD, FEDEFSI et FNTR) et l’UNOSTRA. Les organisations syndicales FGT- CFTC, FO-UNCP et FGTE-CFDT ont également ratifié ce nouvel accord.

Application du protocole relatif aux frais de déplacement revalorisant les indemnités

La nouvelle grille entrera en application dès le 1er février 2016. Elle sera effective uniquement pour les entreprises adhérentes à l’une des fédérations signataires. L’Union TLF n’est pas signataire de cet accord. Par conséquent, pour les adhérents de TLF, la revalorisation ne prend pas encore effet.

L’avenant sera ensuite applicable à l’ensemble de la branche lorsque l’arrêté d’extension sera publié. Cette publication pourrait intervenir dans les deux ou trois mois qui suivent la signature de l’avenant.

Les taux revalorisés des frais de déplacement

 

*1 : La limite d’exonération varie selon que le personnel qui remplit les conditions d’attribution de l’indemnité de l’article 12 prend son repas sur le lieu de travail ou en dehors du lieu de travail :

  • 8,90 € en cas de repas en dehors du lieu de travail
  • 6,30 € en cas de repas sur le lieu de travail

 

*2 : Deux situations :

  • Paris et les départements de la petite couronne (92,93,94) : limite fixée à 65,30 € pour la chambre et le petit-déjeuner + 18,30 € au titre du repas
  • Autres départements : limite fixée à 48,50 € pour la chambre et le petit-déjeuner + 18,30 € au titre du repas.

Le billet d’Yves d’avril 2016

14 avril 2016  Le billet d'Yves  

Yves

C’EST LE PRINTEMPS

Printemps de luttes

Printemps d’espoir

Printemps de fraternité

Et tout…et tout…et tout…

Oui c’est le printemps et à l’union locale CGT d’Armentières et environs s’en est un vrai de vrai, de luttes et de bonheur que nous vivons.

Depuis début Mars, c’est une multitude d’actions qui ont été et sont menées par les militants de l’UL  accompagnées parfois par des salariés syndiqués. Le projet de loi El Khomri n’y est pas pour rien, mais également le soutien nécessaire aux camarades de chez Goodyear et jusqu’à l’inénarrable histoire des 3 des « fonderies du nord ».

Un printemps de luttes, sous le soleil rarement, le vent souvent, le froid parfois, la pluie aussi : bref le temps du Nord…

Du fleurissement d’un pont d’autoroute à la distribution de tracts à la porte d’entreprises ou de zones industrielles où la CGT n’est hélas plus trop présente : l’accueil fut à chaque fois chaleureux et compréhensif quant à notre combat.

Les salariés dans leur immense majorité (car ils ne sont pas ignares comme voudrait le faire croire le gouvernement) avec la jeunesse rejettent à plus de 70% cette loi inique, qui plomberait le monde du travail pour plusieurs décennies (avec un retour à Germinal comme dit dans nos slogans) au grand bénéfice du MEDEF qui lui joue gagnant- gagnant dans cette affaire et applaudit des 2 mains (à se demander si ce n’est pas Gattaz qui a écrit cette loi).

Variées et multiformes, ces luttes ont jalonné tout le mois de Mars et ce début Avril : tracts dans les commerces à Hazebrouck, à Auchan à Lomme, à Carrefour à Hazebrouck, Carrefour à Armentières avec la participation des militants Carrefour de tout le département,  Leclerc à Bailleul, jusqu’à St Amand les Eaux, à Transval à Erquinghem (où des palettes ont été brulées) ID logistics à Libercourt  : l’accueil fut à chaque fois fort amical au grand dam de la maréchaussée qui a essayé de nous « causer des misères »…mais parfois avec un accueil compréhensif de cette même maréchaussée.

Printemps d’espoir également, vu le combat gagné chez les fonderies du nord et le plaisir de voir la joie de nos 3 camarades réintégrés dans leur travail, dans leur droit et leur dignité suite à la tentative de leur licenciement pour fait de grève (voir différents articles et photos sur ce site).

Espoir aussi devant la multitude de manifestant(es)s présent(es)s lors des journées d’actions des 9 et 31 Mars à Lille et à Paris, le 11 Mars à Douai en soutien aux Goodyear, le 10 Mars avec les retraités les 5 Avril et 9 Avril à Lille…ce sont des dizaines et des dizaines de milliers de salariés qui se sont mobilisés.

Oui l’espoir est là : on peut (et on doit) gagner quand on se mobilise, et le retrait de la loi El Khomri (n’en déplaise à Macron, Valls, Gattaz et consorts) est à portée de main.

Et maintenant le mouvement « nuit-debout », mouvement de mobilisation des jeunes, des syndicalistes, des associatifs, des citoyens, des politiques etc..  qui porte en lui l’espoir d’une autre société.

Printemps de fraternité et de camaraderie : la lutte du 8 avril aux fonderies du Nord, initiée par l’union locale CGT d’Armentières et environs portait en elle un nouvel élan dans ce cadre là. La joie de se retrouver ensemble (autour d’un feu de joie !!!) était palpable. Toutes UL, toutes professions confondues cette camaraderie retrouvée était visible pour les 150 à 200 participants

Puissent, le 28 Avril nouvelle journée d’action et de lutte, et le 1er mai : journée internationale de lutte et de Paix s’inscrire dans cet objectif là.

Le 51ème congrès de la CGT à Marseille du 18 au 22  avril devrait donner si  c’est possible un nouvel avenir à ce syndicalisme de classe, de masse, démocratique, unitaire et indépendant que nous aspirons tous.

Grande victoire pour nos camarades des fonderies du nord à HAZEBROUCK

10 avril 2016  Actu  

FB_IMG_1460148413583 (FILEminimizer)

Le 08 avril, nous nous sommes réunis nombreux devant les fonderies du nord à HAZEBROUCK, quelle belle bagarre et surtout, quelle victoire !

 

Notre présence fut remarquée de loin, de très loin même … nous n’avons pas lésiné sur les moyens pour faire comprendre à ce voyou de patron adepte de la monarchie de droit divin dans son usine, que la CGT c’est avant tout une organisation unie, qui se bat pour la défense des salariés et de ses syndiqués.

Le PDG des fonderies du nord, monsieur Segard, qui n’est pas un lapin de 3 semaines en droit du travail pensait que nous laisserions passer une telle infamie ? Comment à t-il pu croire qu’il pouvait se torcher avec la constitution Française et cracher sur le code du travail sans que nous n’agissions ? De même, comment peut-il croire que nous laisserions licencier qui que ce soit pour avoir fait grève ? Lire la suite