Actu


Actu

Découvrez toute l’actualité de l’Union locale CGT Armentières.

LE PATRON DU MAGASIN CARREFOUR A MERVILLE, PUBLIE SUR FACEBOOK : TOUS LES SYNDICALISTES DANS LES CHAMBRES A GAZ

publié le 21 novembre 2017  Actu Transport    

B9713877263Z.1_20171121160655_000+GP3A6QQ08.2-0

LE PATRON DU MAGASIN CARREFOUR A MERVILLE FREDERIC ROUSSEL, PUBLIE DES PROPOS AUX RELENTS NAUSÉABONDS !

«  Tous les syndicalistes dans la chambre à gaz ha Hitler  ».

La CGT d’Armentières a découvert par hasard il y a quelques jours ce commentaire sur la page Facebook d’un patron de supérettes.

Après avoir fait appel à un huissier, une plainte a été déposée contre l’auteur de ces lignes.

La qualification du délit, injures raciales ou provocation à la haine, devrait être établie dans les prochains jours par le parquet.

Le chef d’entreprise ne nie pas les propos tenus sur sa page : «  C’est une page personnelle avec 99 % de photos de rallyes. Si le commissariat me convoque, j’irai. Et je m’expliquerai. Si je dois retirer le commentaire, je le ferai. Si je dois payer aussi. Ce commentaire, c’était une réponse à un copain. c’était de l’ironie. Personne ne l’a lu.  »

Et de relativiser : «  Je ne suis pas raciste. Je ne vais jamais mettre personne dans une chambre à gaz. C’est une parole en l’air. J’étais énervé, évidemment je la regrette.  » Le chef d’entreprise est depuis allé ajouter un commentaire d’excuses sur sa page Facebook. Mardi matin, l’ensemble du post et des commentaires avaient été supprimés de sa page.

De son côté, Carrefour France «  condamne avec la plus grande fermeté ces propos inacceptables  », tenu par un franchisé.

 article la voix du nord 

Photo à la une et article VDN édition numérique 21/11/17

Dérapage ? Propos sur une page personnelle ? Invisible de tous ?

On vous dis tout !

 

Ce qui est dis par ce patron c’est que pour lui c’est un dérapage et il répondait à un copain.

Ce patron indique également que c’était une page personnelle et que personne n’a lu la publication sur son facebook.

Ce patron ment, ment et ment encore. Ce patron de magasins Proxi à Aubers, Proxi Nieppe, MTX motos à Aubers, et Carrefour Express à Merville, se sert de ce compte Facebook pour y mettre des publications de ses magasins.

Donc, si vous êtes fan de rally (passion de ce patron), amoureux de motos, ou vous voulez avoir des informations sur les magasins Carrefour express à Merville ou Proxi Nieppe ou Aubers, vous tombez forcément sur la publication haineuse faisant l’apologie de crimes NAZI qu’il souhaite aux syndicalistes. (Publication finalement retiré car la honte et la peur le tenaille).

Et dans ses magasins, peut être y a t’il des syndicalistes ? Lui il à posé le cadre, il les éliminent… de quoi être rassuré d’appartenir à un syndicat quand on travaille pour lui !
Pas de pardon pour quelqu’un faisant publiquement l’apologie du nazisme.

 La réaction de cet employeur est de répondre qu’il paiera, comme s’il était au dessus des lois, il allonge le fric et il est débarrassé.

Il ne se remet pas en question, c’était pour répondre à des copains.

Et si dans ses copains certains ont des familles qui furent victimes du régime NAZI ? Et si dans ses connaissances il y avait des personnes ayant des parents ou grands parents victimes de la Shoa ?
C’est inacceptable ! Et on ne peut pas parler d’erreur ce propos est volontaire et fait suite à son propre post insultant les syndicats de feignants..

 

C’est un délit pénal, on fera tout pour qu’il soit traduit en justice ! Pas d’impunité patronale !

 

Capture d’écran pour ne pas oublier :

facebook FREDERIC ROUSSEL CARREFOUR MERVILLE

FREDERIC ROUSSEL FACEBOOK

Appel commun à la grève et à manifester transports CGT et FO

publié le 1 septembre 2017  Actu Transport    

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Appel à la grève et à manifester  le 12 septembre CGT FNST – FO UNCP

téléchargement (1)175x175bb

Appel commun des Fédérations Transports CGT/FO-UNCP A la mobilisation le 12 septembre

Les Fédérations des Transports CGT et FO-UNCP se sont rencontrées ce jour pour partager leurs premières analyses des ordonnances sur le droit du travail présentées ce matin.

Face à l’agression contre les droits des salariés, amplifiant les reculs sociaux de la loi El Khomri, les deux Fédérations appellent les salarié(e)s des Transports à une réponse massive.

Cette contre-réforme ne parle pas du travail, elle ne s’intéresse pas aux salarié(e)s et ne cherche pas à développer l’emploi.
Elle vise uniquement à accroitre la rentabilité financière des grands groupes au seul profit des dividendes versés aux actionnaires et au détriment des droits des salarié(e)s, en les précarisant. C’est un projet totalement idéologique.

Les Fédérations des Transports CGT et FO-UNCP feront de la journée du 12 septembre la première journée de mobilisation (participation aux manifestations, arrêts de travail, piquets de grève dans les entreprises,…) pour exiger l’abrogation de la loi El Khomri et le retrait des ordonnances Macron.

A l’issue de cette journée, nous appelons les salarié(e)s à multiplier les assemblées générales dans les entreprises pour définir les modalités d’action pour la suite du mouvement social.

Les deux Fédérations des Transports FO-UNCP et CGT prendront leurs responsabilités en construisant le rapport de force aussi haut que nécessaire et en ne s’interdisant rien, afin d’aboutir à la satisfaction de leurs revendications.

Paris, le 31 août 2017

12 SEPTEMBRE TOUS DANS L’ACTION POUR EVITER UN RETOUR AU 19EME SIECLE

publié le 3 août 2017  Actu    

images

 

 

ça recommence…..

 

Voila 3 mois que MACRON est élu président de la république. Avec 50% d’abstentions…

 

Voila 2 mois que la nouvelle assemblée nationale a été élue (avec une majorité « absolue » de députés du parti du nouveau président). Avec là aussi 52% d’abstentions…

Et déjà, depuis ces 3 mois, on assiste à une avalanche de mesures à venir toutes défavorables au monde du travail. Qu’on en juge :

 

POUR LES SALARIES DU PRIVE :

 

-Remise en cause directe et totale du « code du travail » : c’est dans l’entreprise (donc chez le patron) que vont se décider les salaires, le temps de travail et les conditions de travail. Le référendum d’entreprise se substituera aux conventions collectives et aux accords de branche : ça sent le chantage patronal dans les entreprises. Bref, la loi EL Khomri multipliée par dix

-Fusion de toutes les instances représentatives du personnel (délégué du personnel, comité d’entreprise et comité d’hygiène et de sécurité et conditions de travail…) dans une seule structure où l’on parlera de tout et de rien : le patron ayant la main mise sur toutes les négociations et bien sûr avec, à la clef, une diminution des heures de délégations syndicales.

-Remise en cause des prud’hommes avec, pour commencer, le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif : donc le patron pourra à sa guise licencier sans contrepartie pour le salarié….

-Une trouvaille : on préconise le CDI et, en fait, on invente le CDI-CDD donc le CDD à vie pour tout le monde. Le « CDI –flexible » : il fallait y penser !! Création du contrat de chantier dans le bâtiment : c’est-à-dire un CDI tant que dure un chantier… : bonjour la précarité.

-La pénibilité : le texte prévoit de la réduire à sa portion congrue en y retirant :

La manutention des charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et les risques chimiques (à l’instar de l’exposition à l’amiante…) : c’est la négation des 600 morts par an pour travaux pénibles dans les entreprises, sur 500 000 accidents du travail (source Eurostat) : le patronat est content, les salariés du bâtiment, par exemple, un peu moins !!

-SMIC bloqué.

POUR LES SALARIES DES SERVICES PUBLICS :

 

-La cour des comptes trouve un déficit budgétaire de 8 milliards d’euros (d’ailleurs du temps où Macron était ministre du budget) et là, bingo, et haro sur ces fainéants de fonctionnaires !!

CONSEQUENCES :

 

-Gel du point d’indice (on parle même jusqu’en 2021 après déjà 7 ans de gel profond)

-Suppression à venir du supplément familial

-Non remplacement d’un départ en retraite sur deux dans la territoriale et un sur trois chez les hospitaliers.

-Remise en place d’un jour de carence en cas de maladie.

-Suppression de 120 000 emplois dans la fonction publique.

-Augmentation des emplois précaires et hors statuts

-Remise en cause des 35 heures : revenir aux 39 heures payées 35…

LES RETRAITES :

 

-Gel des pensions qui continue après 60 mois sans augmentation.

-Augmentation-hold-up de 1,7% de la CSG

-Aggravation prévue du régime des retraites : alignement de tous les régimes, probable nouveau recul de l’âge de départ à la retraite…

 

Et beaucoup d’autres mesures à venir qui vont gravement impacter la vie des salariés de notre pays.

Une bizarrerie quand même : alors que le gouvernement possède une majorité confortable à l’assemblée, celui-ci va utiliser les ordonnances pour aller vite : bonjour la confiance pour ces députés.

 

Et toutes ces mesures amèneront rapidement une deuxième salve (déjà amorcée…) contre les régimes de retraite et plus généralement la remise en cause globale de notre système de protection sociale.

 

POUR LES RICHES ET LES PATRONS (qui sont souvent les mêmes…)

Salariés qui pleurent et MEDEF qui rit.

Jamais celui-ci n’aura trouvé en Macron et ses sbires un aussi digne représentant de sa classe : celle des riches

-Baisse des cotisations sociales.

-CICE donné en ristourne d’impôts aux entreprises.

-Baisse de l’impôt sur la fortune (l’ISF) qui ne concernerait plus que les biens immobiliers.

Et toutes les facilités accordées aux patrons expliquées plus haut pour mieux exploiter les salariés :

Licencier mieux pour embaucher mal.

Les Arnaud, Betancourt,  Mulliez et autres multi milliardaires peuvent dormir tranquille : ils ont en Macron et Philippe deux soutiens de poids. Petit rappel : selon le magazine Challenges, en 2017 les 500 français les plus riches ont 571 milliards d’euros de fortune personnelle soit 117 de plus qu’en 2016 !!!

 

Oui il s’agit bien d’un retour vers le futur : retour au 19eme siècle et sa misère sociale, et futur des luttes à venir pour le progrès social qui permettra l’émancipation du monde du travail.

 

La CGT, dans ce cadre là, a décidé de réagir très rapidement et très fortement contre cela. Elle n’a pas d’autre choix que de proposer : la lutte dans la rue tout de suite et avec tout le monde du travail (salariés, précaires, chômeurs, retraités, étudiants, associations etc…).

Dès à présent la CGT a décidé de faire du 12 SEPTEMBRE 2017 une grande journée de GREVES, DE MANIFESTATIONS,  interprofessionnelles et dans l’unité la plus large possible.

 

Aussi nous vous donnons rendez vous le 12 SEPTEMBRE :

A Hazebrouck à 9h parking de Carrefour

A Merville à 9h20 place de la mairie

A Estaires à 9h40 Place de la Mairie

A Bailleul à 10h00 au Parking de Brico Dépôt

Arrivée à 10h30 place Jules Guesde à Armentières pour une manifestation dans les rues d’Armentières

Pour les armentiérois rendez vous à 10h30 à L’union locale 70 place J Guesde à Armentières.

L’après midi départ devant le centre hospitalier d’Armentières  (rue Sadi Carnot) à 13h45 pour LILLE

Arrivée : porte de Paris pour la manif Régionale

 

Retour vers 16h45 à la place de la République à Lille pour la place J Guesde à Armentières.

 

 

 

 

victoire pour la CGT contre Kéolis

publié le 21 juillet 2017  Actu Articles    

tribunal_default

Kéolis Nord condamné à verser 24 600 € pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.
Victoire pour la CGT!

 

Par Victoire Haffreingue-Moulart | 

Il y a un an, certains salariés de Keolis Nord (ex-Trans Val de Lys) avait fait grève pour montrer leur soutien à Rabir Boujrada.

Il y a un an, certains salariés de Kéolis Nord (ex-Trans Val de Lys) avait fait grève pour montrer leur soutien à Rabir.

Le délibéré est arrivé comme une libération pour Rabir et son épouse Mathilde. Plus d’un an après son licenciement pour faute grave par Kéolis Nord (ex-Trans Val de Lys), le conseil des prud’hommes de Tourcoing a tranché fin mai : le licenciement est sans cause réelle. La société est condamnée à verser 24 600 euros à son ex-salarié.

Accusé de ne pas avoir restitué la totalité des recettes à son employeur, l’ancien chauffeur de bus a finalement obtenu gain de cause. «  On a l’impression d’avoir enfin obtenu justice  », lâche Mathilde.

La société fait appel

À l’époque des faits, en 2016, Kéolis Nord avait pointé du doigt, notamment, les recettes déposées par le chauffeur de bus deux fois moins élevées que ses collègues. Des arguments qui n’ont pas convaincu le conseil des prud’hommes, qui a donné raison au salarié.

Mais le soulagement est de courte durée pour le couple. Début juillet, cette année, la société Kéolis a fait appel. Les voilà repartis pour des mois de procédure.
« Il est resté un an sans trouver de travail. Il n’avait pas d’autre choix que de partir dans le sud pour retrouver quelque chose. »

 

«  C’est difficile pour nous. Il est resté un an sans trouver de travail. Il n’avait pas d’autre choix que de partir dans le sud pour retrouver quelque chose  », raconte la femme de Rabir. Aujourd’hui, ils vivent à près de 1 000 km l’un de l’autre. Mathilde espère le rejoindre d’ici un an.

«  On a l’impression qu’ils veulent nous écraser. Mon mari a travaillé pendant douze ans pour eux, il a toujours été sérieux… Là on a l’impression d’être David contre Goliath  », lâche-t-elle, épuisée. Pour autant, ils restent mobilisés et espèrent que le jugement ne changera pas en appel.

Nous ne sommes pas parvenus à joindre Kéolis Nord.

source article voix du nord, 21/07/2017

C’est une belle victoire en première instance, d’autant que Kéolis avait demandé la condamnation de Rabir car celui ci a eu l’outrecuidance de saisir le conseil  des prud’hommes de Tourcoing, qui à suivi les demandes exprimées par notre syndicat STAE (Transport Armentières) contre Kéolis.

 il a été accordé à Rabir en reconnaissance du licenciement sans cause réelle et sérieuse ; CP sur préavis ; préavis ; indemnité de licenciementet 150€ au titre de l’article 700 du CPC, soit plus de 24600€. 

Nous nous félicitons de cette victoire qui montre aux autres employeurs que la CGT est toujours présente et qu’elle reste vigilante face au patronat tentés de ne pas respecter le droit et prêt à licencier sans motif.

Ensemble tout est possible!

 

images