TRACT ADRESSE AUX SALARIES, PRIVES D’EMPLOI, RETRAITE

Catégories : Actu  

qui-seme-jpg

Lors des dernières élections présidentielles, la CGT s’était exprimée sur le fait que le gouvernement SARKOZY, allié du monde de la finance et des plus nantis, ne faisant des réformes que contre le monde du travail, devait dégager.
Les français ont fait le choix d’un gouvernement qui se disait de gauche et prônait le retour à la justice sociale. Ce gouvernement reniant toutes ses promesses n’a fait depuis son élection que marcher dans les pas de ses sinistres prédécesseurs et continue de privilégier les plus riches au détriment des salariés qui rappelons le sont les seuls créateurs de richesses.
Mais posons nous la question : le monde du travail n’a –t-il pas sa part de responsabilités dans ce renoncement ? Avons-nous fait en sorte de nous faire suffisamment entendre ? Certainement pas.
Depuis l’élection de ce gouvernement la CGT a appelé maintes fois à la mobilisation (retraites, salaires, conditions de travail, pouvoir d’achat). Dans des entreprises touchées par des plans de licenciements aussi il y a des luttes. Mais avouons-le : Nous sommes trop peu nombreux par rapport aux enjeux.
Il est un fait qu’à l’heure actuelle, le rapport de force est du coté des patrons, aidés en cela par un immobilisme chronique d’une majorité des citoyens qui attendent que l’on fasse pour eux.
Après certains diront : -mais que font les syndicats ?- et bien oui, la réalité est que même si certains syndicats essayent de faire changer les choses, rien n’est possible sans la mobilisation du plus grand nombre.
Face à cela, nous pouvons observer un grand désarroi d’une majorité de la population et à une montée du fascisme qui prône la haine de l’autre, lui rejetant toute la responsabilité de la situation actuelle. On oppose les salariés entre eux (immigrés, public-privé, jeunes et vieux, etc…) et pendant ce temps on ne s’attaque pas à cette minorité de privilégiés qui est la cause de tous nos maux.
L’histoire nous a montré qu’à chaque fois qu’il y a eu une crise du monde de la finance, à chaque fois le fascisme en a fait ses choux gras. A une époque, un certain A. HITLER fut élu démocratiquement…….on connait la suite. Le discours populiste fait par certains, n’offrant pour seule réponse que la haine de l’autre, ne fait que conforter cette minorité de privilégiés de continuer à exploiter tout le monde sans être inquiétés.
Bien entendu cet état de fait est très bien relayé par les médias qui rappelons le sont la propriété de ces mêmes privilégiés (Patrons et actionnaires).
Alors que faire ?
La solution est simple :

Soit on continue de laisser faire, à attendre que d’autres fassent pour nous, à écouter et relayer bêtement les discours populistes de certains,

soit on décide de débattre entre nous, de lutter, de s’organiser.
Oui lutter contre la casse de notre protection sociale. Oui lutter pour l’augmentation des salaires et des retraites, seul facteur de relance économique par l’augmentation de la consommation. Oui lutter pour refuser l’inacceptable

tract à diffuser..Cliquez ici pour l’imprimer



 

NATHALIE


Partager cette article sur :